9/10L'affaire de la rue Lourcine

/ Critique - écrit par jaiina, le 11/01/2022
Notre verdict : 9/10 - Drôle et dynamique...A voir de toute urgence !

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Tags : [phpBB Debug] PHP Warning: in file /var/www/krineinfr/article.php on line 334: Invalid argument supplied for foreach()
[phpBB Debug] PHP Warning: in file /var/www/krineinfr/article.php on line 341: Invalid argument supplied for foreach()

Une pièce drôle du début à la fin, une vraie bouffée d'oxygène !

A Paris en 1857, Oscar Lenglumé, rentier bourgeois, se réveille un lendemain de sortie arrosée entre anciens étudiants de l’Institut Labadens et découvre qu’il n’est pas seul dans sa chambre ! Un ancien camarade de promo, Mistingue, est rentré avec lui et cuve gentiment dans son lit.

Amnésiques de leur soirée de la veille, ils vont se rendre compte à mesure qu’ils recollent les morceaux qu’un faisceau d’indices laisse à penser qu’ils pourraient être à l’origine d’un crime !

 Sorte de « Very Bad Trip » avant l’heure, cette pièce est enlevée, servie par des comédiens qui ne se ménagent pas.

Cette pièce d’Eugène Labiche se déroule en un acte de 70 minutes environ. L’histoire est construite par rebondissements, quipropos successifs, qui s’enchaînent à toute allure. Plus longue, elle aurait pu lasser le spectateur mais là, nous n’en avons pas le temps. Les répliques fusent, les comédiens « improvisent » des solutions à tous les problèmes qui se succèdent. Ils bougent, gesticulent, réfléchissent sans répit…et boivent un bon peu… !

La pièce est réussie également par l’engagement total des comédiens dans leurs rôles burlesques. ils habitent vraiment leurs personnages, en exacerbent les traits de caractère mais sans tomber dans le ridicule. Oscar Voisin, qui tient le rôle d'Oscar Lenglumé, fait preuve d'un talent à suivre.


DR.

 

La pièce étant montée avec des décors et des costumes d’époque, le spectateur comprend et adhère vite à cette mise en scène qui se veut respectueuse de la tradition pour ce genre théâtral.

Fidélité quasi-totale avec une touche de modernité tout de même : quelques passages chantés font leur apparition dont une sur le lavage des mains, fort réussie et à-propos en cette période ! Les comédiens se révèlent être des artistes complets, avec une mention spéciale pour la comédienne-metteur en scène Justine Vultaggio dont le timbre est magnifique.

 On pourrait reprocher une moralité plus que douteuse car les deux « assassins » ne semblent jamais regretter leurs actes. Au contraire, ils se congratulent à chaque fois qu’ils semblent tirer d’affaire, qu’importe qu’une charbonnière soit morte. Mais c’est dû à l’écriture de Labiche plus qu’aux protagonistes de cette pièce.

 En somme, Krinein vous conseille vivement cette pièce où on rit du début à la fin. Un divertissement plus que bienvenu et abouti !

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island