9/10Alévêque (Christophe) - Nouveau spectacle

/ Critique - écrit par iscarioth, le 13/10/2005
Notre verdict : 9/10 - Un grand homme de scène (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 8 réactions

Un grand homme de scène

La salle Ronny Coutteure de Grenay était comble, ce dimanche 25 septembre, pour accueillir Christophe Alévêque. L'établissement était parfait pour recevoir un comique de sa trempe : le lieu est suffisamment grand pour accueillir un nombre convenable de spectateurs et la scène assez basse et proche pour créer une ambiance tout à fait intimiste.

Beaucoup d'entre nous connaissent Christophe Alévêque pour être l'un des larrons de la bande à Ruquier, sur France 2, avec l'émission On a tout essayé.
Mais, finalement, peu le connaissent comique et encore moins chanteur.

En ce moment, Christophe Alévêque sillonne la France, en compagnie de ses trois musiciens, pour nous présenter son Nouveau spectacle, un one-man show composé de sketchs entrecoupés de quelques chansons.

On le comprend rapidement, il y a des tas de choses qui énervent Christophe Alévêque. Des petits maux aux grands, du moustique qui vient le déranger en pleine sieste à l'ultralibéralisme qui l'insupporte... Alévêque passe beaucoup de choses en revue. Il dénonce tous ces thèmes rabâchés et grossis par les médias : la pédophilie, le terrorisme, la pollution... Et il ne mâche pas ses mots. On ne se trompe pas lorsque l'on appelle Alévêque le fils spirituel de Pierre Desproges. Il sait faire à la fois rire et frissonner le public en posant son cynisme et sa prose acerbe sur des événements tragiques comme les attentats de Londres ou la Canicule. Mais, à l'instar de son aîné Desproges qui savait rire du cancer, Alévêque ne dérange jamais dans son humour noir et déclenche de francs éclats de rire à force de toucher avec justesse à la vie quotidienne et à certains thèmes tabous.

On reconnaît un grand homme de scène à son sens de l'improvisation. Un sens qu'Alévêque, doté d'une certaine expérience, a acquis. Jamais snob ou antipathique, le comique rebondit sans arrêt sur des remarques lancées par le public, instaurant un véritable climat de convivialité. Chose assez inhabituelle, l'humoriste devient chanteur le temps de quelques brèves interludes pendant lesquelles s'incrustent sur scène ses trois musiciens. On pense à des groupes de chansons françaises humoristiques comme les Wriggles ou les Fatals Picards.

Par-dessus toutes les étiquettes, en allant voir Alévêque sur scène, on ressort avec un grand sourire aux lèvres, franchement convaincu que l'individu est, plus qu'un incorrigible râleur, un grand homme de scène, digne d'être cité parmi les plus grands.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island