8/10L'appel de Londres

/ Critique - écrit par jaiina, le 28/02/2014
Notre verdict : 8/10 - Un peu de réflexion sur nous même, ça ne fait pas de mal. En plus, c'est drole (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Une réflexion tendre et drôle sur la France, les français, nos qualités et nos défauts. Un bon moment garanti.

Krinein avait déjà eu l'occasion d'assister à deux précédentes pièces de Philippe Lellouche : Le jeu de la vérité et Boire, Fumer et conduire vite. Et en ressortant de l'Appel de Londres, j'ai retrouvé certains aspects qui m'avaient plu à l'époque, à savoir la forte complicité entre les comédiens, le plaisir naturel qu'ils ont de jouer ensemble et leur manière de réfléchir sur le monde qui les entoure à travers des échanges un peu café de comptoir, tendre, pertinents et drôles.

Ici, c'est dans un restaurant franchouillard 'La Marseillaise' que les trois hommes, qui ne se connaissent pas, vont sympathiser et livrer leurs réflexions sur la mère patrie, nos concitoyens, ce qu'ils aiment et regrettent chez leurs compatriotes, en compagnie de Marianne, la gérante. Nous sentons bien que, même s'ils sont à Londres pour différentes raisons, la France leur manque. Malgré ses défauts. La faillite des politiques, la crise, le rôle des média, les investisseurs quatari, tout y passe. Parfois un peu trop. A créer des personnages un peu trop caricaturaux, Philippe Lellouche ne parvient pas à éviter de tomber dans un discours un peu trop moralisateur et bien -pensant mais heureusement, au moment où la pièce risque de tomber dans le 'trop-plein', un moment drôle arrive et impulse une nouvelle dynamique, donnant ainsi un nouveau souffle à la pièce.


DR.

 

L'appel de Londres est une pièce réussie, sans temps mort, qui nous fait réfléchir sur qui nous sommes, ce que nous aimons dans notre pays, grâce à un engagement sincère et drôle des comédiens.
Les seuls petits bémols sont que la pièce, ainsi que je l'ai déjà soulevé, tombe parfois dans l'écueil du donneur de leçon mais redresse la barre presqu'à temps. De plus, l'histoire d'amour est peut-être superflue et trop prévisible. Christian Vadim est, comme ses partenaires, talentueux dans son rôle d'artiste un peu looseur et finalement amoureux au grand coeur. Mais le grain de folie qui l'habite tout au long de la pièce retombe un peu à la fin lorsqu'il rentre dans le rang et c'est un peu dommage.

En somme, il s'agit d'une pièce drôle et empreinte de réflexion, qui ne décevra pas.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island