Concert de You & You - 26 juillet 2008 à Paris - Divan du Monde

/ Compte-rendu de concert - écrit par wqw..., le 27/07/2008

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

C’est bien outre-Atlantique qu’il faut chercher des influences. Le groupe avance sans complexe un spleen aux mélodies sensibles, saveur douce-amère qui n’a pas trop à envier à ces grands frères américains.

Jeune formation parisienne dont l'existence ne remonte pas plus loin que le début de l'année (même si leurs membres sont passés par plusieurs formations avant cela), You & You s'est pourtant fait en si peu de temps un nom qui commence à faire frémir le milieu de la folk parisienne en réalisant une jolie série de dates (Le Café de la Danse, La Boule Noire, La Flèche d'Or, Le Baron...) ou quelques premières parties (Moriarty, F.M.) dont plus d'un musicien serait envieux.

You & You (par Camille H)
You & You (par Camille H)
En ce mois de juillet, ce projet de Félix Perez devenu groupe grâce à l'arrivée de ses compères (pour ne pas dire de toujours) Samuel à la basse et Aurélien à la batterie, rejoints récemment par Clément à la guitare, se produisait au Divan du Monde dans le cadre d'un Indie Apero avec en tête d'affiche The Sleeping Years, groupe de l'irlandais Dale Grundle, ancien leader des Catchers.

Après la prestation pas inintéressante de Nancy Landzo, chanteuse androgyne dont la voix fluctue entre Dominique A et un Raphaël sous Prozac®, qui aura du se faire une place au milieu des conversations caractéristiques du public indiscipliné du Divan, You & You monte enfin sur scène. Et première surprise, le groupe est quintet puisque dans une seyante robe bleue et petit bandeau dans les cheveux, la très jolie Madjo les accompagnera aux chœurs sur une grande partie du concert.

You & You (par Camille H)
You & You (par Camille H)
Et d'entrée de jeu, c'est bien outre-Atlantique qu'il faut chercher des influences. Le groupe qui s'est d'ailleurs aventuré au printemps à New York et Philadelphie, avance sans complexe un spleen aux mélodies sensibles, saveur douce-amère qui n'a pas trop à envier à ces grands frères américains. Rendez-vous, deuxième morceau de la soirée, installe définitivement la formation dans son concert, son univers captant alors l'attention, les regards.

On retrouve bien évidemment au fil du set les titres qui illustrent le MySpace du groupe, Necrocannibal Holocaust, F Thank You, The House in The Moon et puis d'autres, comme cette Song for Elise, délicieuse déclaration ou cette chanson un peu plus country qui vient montrer que le groupe ne risque pas de s'enfermer dans un style qui à la longue peu se révéler dangereux.

You & You (par Camille H)
You & You (par Camille H)
Outre un soin tout particulier porté aux arrangements, ici un glockenspiel, là un mélodica, discrétion et délicatesse essentielle, des harmonies vocales intelligemment amenées, force est de constater que l'un des points forts de You & You est la voix habitée de Félix. Souvent, on veut nous faire croire que l'émotion fait oublier bien des défauts et bien ici, la justesse, le timbre, les variations viennent nous faire oublier la médiocrité de tant d'autres... Une composition interprétée seul à la guitare, mise en danger supplémentaire, enfonce un peu plus le clou !

You & You séduit, You & You envoûte, en une très grosse demi-heure le groupe conquiert un public qui ne lui était pas familier. Un quintet que l'on espère retrouver prochainement sur scène, en attendant un premier album que l'on évoque pour la fin de l'année. Attention addictif !

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island