Entretien avec Jean Jacques Launier, Président du Musée Art Ludique

/ Interview - écrit par jaiina, le 30/03/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Dans le prolongement de la visite de l'exposition consacrée au Studio Blue Sky, Krinein a échangé quelques mots avec le Président du Musée Art Ludique.

Pouvez nous présenter l’exposition en quelques mots ?

En quelques mots, ça ne va pas être facile (rires) mais elle rentre dans la lignée de ce qu’on expose dans le musée, c’est-à-dire les grands artistes contemporains issus du divertissement, de l’animation et du jeu vidéo. Le studio Blue Sky a une personnalité propre. De même que les grands musées exposent les grands artistes, nous exposons les plus grands studios contemporains d’aujourd’hui et Blue Sky présente plein de spécificités. Nous exposons plus de 800 œuvres, dessins, sculptures et peintures qui permettent de mieux comprendre son style particulier et finalement son influence et héritage culturel. En effet, Il s’agit d’un studio qui est installé sur la Côte Est des Etats-Unis, à New York, qui est le berceau de l’animation internationale, où Winsor McCay, par exemple, a créé le 1er film d’animation au monde "Gertie le dinosaure" dont nous montrons un dessin ici en introduction et en hommage.

Comment s’est déroulée l’installation de l’exposition qui n’est pas une transposition d’une exposition déjà existante mais bien une création originale ?

Il est vrai qu’au Musée d’Art Ludique nous créons nous-mêmes nos expositions et pour celle-ci, nous connaissions très bien les équipes de Blue Sky dont nous admirons le travail depuis très longtemps. Songez qu’ils vont fêter leur 30ème anniversaire et beaucoup de leurs artistes dont Peter de Sève sont devenus des amis. Nous avions vraiment à cœur de refléter fidèlement cette créativité. En effet, les artistes de Blue Sky sont d’abord de grands illustrateurs, et pas nécessairement des animateurs à la base. Le Studio recherche des talents, des gens qui savent dessiner des personnages, qui ont une maîtrise de la culture de l’image et qui apportent quelque chose de spécifique. Lorsqu’on va voir Rio, Epic ou Horton, les images n’ont rien à voir en termes de design ou d’environnement. Concernant les histoires, nous retrouvons des composantes fortes : la nature et une vision de l’humanité ; tout en ayant de l’humour. Ces artistes ont leur personnalité propre qu’ils confèrent aux films. Ainsi les hommes feuille d’Epic n’ont rien à voir avec les oiseaux, les perroquets de Rio

Et vous avez même réussi à avoir des images du prochain Âge de Glace !...

Oui, nous en avons un petit teaser et ce qui est intéressant c’est que, dans la grande salle consacrée à l’Âge de Glace, nous nous apercevons qu’il ne s’agit pas d’épisodes qui se suivent mais de films qui présentent chaque fois une créativité délirante. L’une des composantes du Studio est qu’il s’agit d’une bande de copains qui s’amusent, cherchent des idées en s’inspirant aussi de l’histoire et l’actualité (lorsqu’on voit Manny et sa famille sur le bloc de glace dans "La dérive des continents", les artistes se sont inspirés de cette triste image de l’ours polaire seul sur son bloc). Et cette ambiance, cette culture est directement visible à l'écran.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island