7/10Fédérico, l'Espagne et moi.

/ Critique - écrit par Matou, le 23/02/2009
Notre verdict : 7/10 - Parce qu'il le Prévost bien (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 1 réaction

Daniel Prévost chante, oui c'est vrai ! Ne vous inquiétez ce n'est pas pour le casting de la Star Ac'. C'est bien mieux car il nous raconte son Espagne et ses souvenirs...

Trois sièges, deux guitaristes et le comédien assis, pantalon noir et chemise rouge. Nous sommes en Espagne, il n'y a aucun doute. Pas d'éclat de rire légendaire et humour décalé, non, Daniel Prévost n'est pas là pour nous amuser, il vient se raconter de manière intime et étonnante. Malgré l'émotion dégagée et les bribes de sa vie divulguées, il reste narrateur, tout en retenue. Exercice périlleux qu'il réussit avec brio et justesse.

Dans Fédérico, l'Espagne et moi, on découvre alors le fantasme d'un homme sur un pays qu'il n'a jamais vraiment visité, mais qu'il semble pourtant si bien connaître. Daniel Prévost nous livre sa rencontre avec le peuple espagnol, exilé de sa terre pour fuir la guerre qui l'a forcé à se cacher en France. Un album photo effeuillé, des chansons espagnoles déclamées avec passion et douleur, il nous accompagne à travers son passé, nous ouvrant les portes de ses secrets.

Le jeune Daniel, 12 ans, parti en colonie dans les Pyrénées, rencontre un jeune camarade de jeu espagnol, celui-ci n'est pas en vacances mais a fuit sa terre natale pour échapper à la guerre ; c'est par lui que commence les questionnements, les rêves et les fantasmes de cette contrée ibérique. Il lève le voile sur de magnifiques rencontres, des anonymes, un écrivain, sa femme qui l'a quitté et dont il évoque l'inspiration constante, bouleversante.

La mise en scène de ce spectacle musical est sobre ; les deux jeunes guitaristes se fondent au décor de la scène et viennent ponctuer de quelques accords les textes et chansons du comédien. Une grande porte en fer forgé souligne le passage du rêve au réel. L'acteur l'emprunte à plusieurs reprises. Il revient sur ce passé remplit de nostalgie qu'il veut nous faire partager comme pour témoigner de sa vie, comme pour achever son voyage vers cette Espagne tellement rêvée qu'on pourrait la sentir, la toucher et la voir à la fin du spectacle.

Pour ceux qui voudraient voir Daniel Prévost l'humoriste, passez votre chemin mais vous qui voulez découvrir le talent et la justesse du comédien, poussez la porte du théâtre, vous risquez d'être bluffé. 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island