6.5/10Fête de l'animation de Lille 2006

/ Critique - écrit par iscarioth, le 26/10/2006
Notre verdict : 6.5/10 - Simultanimations (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Quelques jours après la décevante parade d'ouverture de Lille 3000, qui rhabille la ville aux couleurs de l'Inde pour trois mois, Lille s'anime d'un autre événement culturel, la Fête de l'Animation. Une fête qui a lieu à trois endroits différents dans La gare Lille Flandres, version Bombaysers
La gare Lille Flandres, version Bombaysers
Lille : dans une salle à côté d'Euralille, à quelques pas de là, dans les locaux de l'Ecole Supérieure de Commerce (ESC) et enfin aux Beaux Arts.

La fête s'ouvre jeudi 19, au soir, avec le démarrage de la convention et trois heures de vidéoclip, diffusés gratuitement. Le lendemain, la convention se poursuit, avec, en prime, pour la soirée, un concert du groupe Donjon de Naheulbeuk. La programmation s'amplifie réellement Samedi, avec des animations de 10heures au matin jusqu'à 7 heures le lendemain. Tour d'horizon.

De sympathiques amateurs de Cosplay rencontrés en chemin
De sympathiques amateurs de
Cosplay rencontrés en chemin
Commencons par la Convention, ouverte de 10 heures à 20 heures. On retrouve des stands très diversifiés. De la vente de BD, de mangas, de figurines et de DVD. Un concours de dessin Naruto, un cours de story-boarding, un stand de Khimaira magazine.... On retrouve de nombreuses animations participatives. Il est possible de réaliser, sur divers logiciels ou activités, ses propres animations, on retrouve aussi des coins jeux vidéo, avec notamment un réseau monté à l'occasion d'un tournoi de Dofus Arena. On retrouve aussi toute une série d'auteurs en dédicace. L'ambiance est bonne, l'univers décloisonné. Dans la foule, on retrouve même quelques sympathiques amateurs de cosplay (voir photographie).

A quelques mètres de là, direction l'ESC, des salles de projection ont été aménagées dans les amphithéâtres de l'école. Alors qu'on trouve encore des
étudiants, un samedi matin, dans cette école de commerce de renom (normal, quoi, faut bien amortir les 8 000 euros d'inscription par an), les visiteurs peuvent traverser les bâtiments pour se rendre aux projections d'animes japonais, de différents studios, parmi lesquels Kaze ou Kana. Les écrans sont assez petits, mais suffisants vu les dimensions de l'amphithéâtre. Certains détails marquent par leur amateurisme. Les animes projetés semblent être des DVD sous-titrés lancés depuis un PC situé juste en dessous à gauche de l'écran. On peut admirer, durant la projection, le doux visage du projectionniste décoiffé, éclairé par l'écran de l'ordinateur.

La grande attraction de la Fête de l'animation, le point central, c'est « la nuit de l'animation ». Explications du concept : la projection continue, de 21heures à 7 heures le lendemain, de films d'animation en tout genre. Courts et longs métrages, films japonais, français, états-uniens ou encore suédois. Au programme, on retrouve entre autre Mirror Mask, Wallace et Gromit et le mystère du lapin garou ou encore Happy tree friends. Une programmation variée pour des spectateurs d'élite, capables, confortablement installés dans de bons fauteuils, de résister aux chants de Morphée.

Même si le panel des animations a été assez large, on a pu remarquer que le film Renaissance de Christian Volckman a été tout particulièrement mis à l'honneur. Normal me direz-vous, le film étant la seule production animée française novatrice à sortir sur les écrans en cette année 2006. On a pu croiser les deux scénaristes, Christian Wolckmann, le réalisateur de Renaissance en conférence, nous expliquant l'exportation de son film...
Christian Wolckman, le réalisateur de
Renaissance en conférence, nous
expliquant l'exportation de son film
Alexandre de La Patellière et Mathieu Delaporte, ainsi que Christian Wolckman le réalisateur, à deux reprises. Samedi, l'après midi, lors d'une conférence très intimiste (on comptait les visiteurs par petites dizaines) portant sur la réalisation de Renaissance et de Skyland, une série animée passant le matin sur France Télévisions (voir ce site de fans). On a pu voir les trois bonshommes le lendemain, dimanche, lors d'une projection de Renaissance aux Beaux Arts de Lille. Lors de la conférence réalisée Samedi, les scénaristes et le réalisateur de Renaissance ont pu expliquer la génèse du film, notamment leurs difficultés à réunir les financements nécessaires. Il a aussi été question de technique, les créateurs - pas forcément tous très pédagogues - se sont attachés à vulgariser les procédés d'animation (la motion capture). L'entretien oral a été entrecoupé de projections de bandes annonces ou extraits de séries animées (Mihido Millenium Kids, Les Groufs), les auteurs travaillant pour Method Films. Christian Wolckman nous en a dit plus sur l'exportation de Renaissance, qui sort en ce moment aux Etats-Unis et qui sera bientôt sur les écrans japonais.

La salle de projection des Beaux Arts, juste avant l'arrivée des auteurs de Renaissance, pour un visionnage en leur compagnie du film
La salle de projection des Beaux Arts, juste
avant l'arrivée des auteurs de Renaissance,
pour un visionnage en leur compagnie du film
Vous vous en doutez bien, nous n'avons pas pu être partout. Des animations se déroulaient simultanément à trois endroits différents. De ce que nous avons pu constater, la Fête de l'Animation est un événement sympathique, bien que plutôt modeste. La programmation est variée, et certains événements, comme la nuit de l'animation, très bien pensés. La Fête de l'Animation n'en est qu'a sa troisième édition. Gageons qu'au fil des ans, elle aille en se bonifiant.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island