9.5/10Intra Muros, d'Alexis Michalik

/ Critique - écrit par jaiina, le 12/10/2017
Notre verdict : 9.5/10 - La pièce de la rentrée, entre émotion et gravité. (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Encore une fois, une réussite de la part d'Alexis Michalik qui nous invite à découvrir l'univers carcéral, avec des textes et des personnages parfaitement ciselés. Une pépite.

Alexis Michalik nous propose ici sa dernière création, Intra-Muros, moins d’un an après 'Edmond', LA pièce à succès de l’année dernière.  Force est de constater que son talent ne s’est pas émoussé. Le jeune auteur, dont les trois précédentes pièces ont déjà fait l’objet d’articles élogieux sur Krinein ('Porteur d'histoire' et 'le cercle des illusionnistes') et qui sont encore régulièrement jouées à Paris, nous invite ici à suivre un metteur en scène Richard, qui est embauché pour donner des cours de théâtre dans une centrale, en compagnie de son ex femme et d’une assistante sociale. Seuls deux détenus, Kevin et Ange se sont inscrits. Le premier est bavard, écorché de la vie qui finira par saisir la main tendue et l’attention qu’on lui accorde enfin. L’autre, taiseux, mutique mais qu’on devine porteur d’un lourd secret.

Naturellement, avec doigté et un texte parfaitement ciselé, chaque protagoniste va avoir ‘son moment’ dans la pièce, où il pourra se livrer, avec ses failles, ses (dés)illusions; autant de tranches de vie qui au-delà de ces simples récits sont également des moments de réflexions pour le spectateur. Le flash back de Kevin sur les raisons qui l’ont conduit en prison est dur mais témoigne d’une sombre réalité sur une jeunesse pas facile.


DR.

 

Et comme toujours avec Michalik, l’histoire générale est une bobine dont les fils se séparent pour mieux se retrouver. Le spectateur voyage dans le temps, le passé des protagonistes mais aussi leur futur, là où tout est possible ; la tension et l’émotion sont palpables presqu’oppressantes.

Niveau scénographie, le rythme est enlevé, les comédiens changent de peau, de personnage avec dextérité tout en créant des décors crédibles. La musique jouée en live par Raphaël Charpentier ajoute de l’authenticité à la mise en scène. Cette pièce est une totale réussite, nous ne voyons pas les deux heures passer et nous aimerions continuer à suivre les aventures des protagonistes tant nous nous sommes attachés à leurs histoires, leur colère et leur tristesse.

Une réussite, à nouveau !

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island