7.5/10Jardin de nuit - Danse

/ Critique - écrit par Lilly, le 06/04/2006
Notre verdict : 7.5/10 - à suivre de tout près (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Je choisis aujourd'hui de consacrer quelques lignes à un artiste dont je parie de tout mon coeur sur le talent : Victor Duclos. Tout jeune diplômé du conservatoire de danse de Paris, il a déjà croisé les chemins de compagnies telles que celles de Dominique Bagouet, Trisha Brown, Maguy Marin, Joseph Nadj, Angelin Preljocaj lors de formations et crée aujourd'hui son premier solo au nom de sa compagnie Le rêveur d'Eux. Jardin de Nuit est la 1ère création de la compagnie, un solo doux et pimenté.

Rêveur, le mot est lancé. Victor c'est cette petite âme se déplaçant en larges mouvements poétiques, gagnant l'espace à grandes foulées, avec toutes ses maladresses, tous ses décalages, toutes ses contradictions. Car le Rêveur d'Eux n'est pas banal. Il a en lui cette dualité fondamentale une grande délicatesse et un humour sarcastique. Alors c'est avec ses tics corporels, ses mimiques faciales, ses onomatopées étranges, ses temps forts et ses pauses qu'il nous emmène dans son voyage, petit à petit, découvrant ses fils, laissant planer les mystères et les secrets. Il habite ce monde qu'il a lui même créé, joue sur les rythmes, nous éblouit par la beauté et la précision du geste, mais l'on ne s'attendait pas à moins d'un point de vue technique. La force de Victor Duclos réside ailleurs. C'est de ne pas se cantonner à cette technique, d'explorer ce qu'il a en lui, son jardin secret, d'inviter le public, de l'accrocher par une franche autodérision ou de l'émouvoir par sa finesse.

Le rêveur est un rêveur d'Eux, ne l'oublions pas, ici on entend murmurer des textes, là on est ébloui par un sol céleste, excellent travail de créateur lumière, ici encore on joue avec cette fleur rondelette et dure. Ce sont Eux, ces autres qui l'accompagnent dans cette aventure personnelle et mise en scène, intime et distanciée. Ce sont eux qui l'aident à réaliser ces petites trouvailles qui mettent un peu d'étincelles et beaucoup de rires dans ce spectacle plaisant et accessible. Lumières, costumes, décors, odeurs (peu perceptibles admettons le, de même que l'on aura du mal à distinguer vraiment les textes, qui apportent pourtant leur musicalité), musique, tous les sens sont servis, toutes les voies parcourus pour accompagner la chorégraphie. Certaines idées gagneraient certainement à être exploitées plus encore pour devenir plus explicites, plus fortes. Les fils de la construction du spectacle sont encore un peu détendus, reserrer le tout, et vous aurez un talent en plein épanouissement.

Une pièce chorégraphique pleine d'audace, d'effronterie et de promesses, pour ce jeune créateur interprète qui se rive là bien campé sur ces deux jambes et qui n'est pas prêt de déguerpir du paysage de la danse contemporaine.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island