8.5/10Les Nombrils

/ Critique - écrit par jaiina, le 29/06/2014
Notre verdict : 8.5/10 - A trop regarder leurs nombrils, ces comédiens nous font bien rire ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Une pièce à la fois tendre et drôle, sans doute l'une des pièces de cet été !

Les nombrils, ce sont ces comédiens narcissiques qui cherchent soit à percer, soit à retrouver leur lustre d'antan, leur (petite) gloire passée. Ces cinq artistes singuliers, qui se voient plus beaux et talentueux qu'ils ne sont vraiment, sillonnent la France pour présenter la 'Plaine de Kiev' en espérant pouvoir aller en Avignon, leur terre promise.

Les Nombrils
DR.

Le choix de Didier Caron de découper son spectacle en plusieurs saynètes (ayant pour lieu différents hôtels de France et Belgique où la troupe loge) permet au spectacle d'avancer dans la découverte des caractères des protagonistes et des vicissitudes de la vie d'artiste tout en insufflant du rythme et de la fraîcheur. Certes, il joue beaucoup sur les clichés régionaux (à ce sujet, le passage de la troupe en Corse en juste drôlissime), voire clichés tout court mais il y a toujours beaucoup de tendresse pour ces artistes un peu, voire beaucoup névrosés.

Ce qui conduit au petit bémol de la pièce : si le parti pris du spectacle est de jouer un peu sur les grosses ficelles (et cela fonctionne plutôt bien), certains personnages gagneraient à être un peu plus développés toutefois. Ainsi Jane Resmond incarne une comédienne un peu trop nunuche (même si elle bénéficie d'une scène culte que je vous laisse découvrir sur scène) alors que Philippe Cruz excelle en tenancier corse ou marseillais.

Vous l'aurez donc compris, les Nombrils sont une pièce drôle, un peu déjantée. Certes, Didier Caron, dont le talent n'est plus à présenter, mise sur des ficelles bien éprouvées (les clichés et travers régionaux) mais il le fait bien.

Les Nombrils
DR.

Il nous propose également une gentille satire du monde du théâtre, entre faux - semblant (être dans une même troupe ne veut pas forcément dire s'apprécier) et critique une certaine forme de théâtre d'auteur (expérimental épuré...qui ne parle qu'à une poignée d'élus versus le théâtre plus populaire, dont il est un bel exemple).

Humour, rythme, ensemble cohérent : rien à ne manque à cette pièce pour que nous passions une soirée réussie cet été à Paris.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island