7/10La maîtresse en maillot de bain

/ Critique - écrit par jaiina, le 16/06/2014
Notre verdict : 7/10 - Des profs sous prozac (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Nos instits sont des êtres comme les autres...ou presque !

La pièce se situe dans une école maternelle où, Myriam, la Directrice, tient une réunion avec ses instituteurs, Rémy et Nicolas. Ces derniers sont diamétralement opposés : Rémy est souffreteux et introverti. Il essaie de se libérer en tentant d'écrire un roman policier, tandis que Nicolas est expansif et dragueur. Le faux baba cool face au nerveux. Myriam, en mal de reconnaissance et d'affection, cherche à asseoir son autorité et tient des propos sévères et durs à leur égard et s'approprie certaines de leurs idées ne serait-ce que pour la Fête de Noël.


Ludovic Dubois.

 

Cette réunion est perturbée par l'arrivée d'une psychologue qui n'était ni prévue ni annoncée et qui vient se heurter aux trois comparses. L'agressivité de Myriam à son égard est compensée par le calme olympien de la psychologue qui ne demande qu'à aider les enseignants sur les prétendues violences qui régneraient au sein de l'école. La pièce tourne autour de ces relations, et de fil en aiguille, au travers de saynètes, mises en situations, les caractères et personnalités vont se révéler, les sentiments refoulés vont pouvoir s'exprimer. Nicolas essaie d'avoir une relation plus personnelle avec elle mais sans succès. Quant à Rémy, suite aux conseils reçus, il va changer de personnalité, de comportement vis à vis de Myriam vers laquelle il va prouver son autorité et ses sentiments vis à vis d'elle.

Le spectacle est très bien mené grâce au jeu des quatre acteurs talentueux qui ne ménagent pas leurs efforts afin que cette comédie puisse déclencher les rires de la salle.


Crédits: Ludovic Dubois.

 

Un petit bémol toutefois : la pièce n'est pas une comédie pure et parfois, à trop osciller entre tranche de la vie quotidienne d'instituteurs, comédie et réflexion, elle se perd un peu, hésite et baisse de rythme. Nous sentons bien l'esprit du Café de la Gare où les pièces ne sont pas 'gratuites': elles demandent de rentrer dans un certain univers à la réflexion un peu décalée. Toutefois, cette pièce donne du plaisir aussi bien aux petits qu'aux grands. 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island