McDonald's : un demi-siècle de terreur

/ Dossier - écrit par riffhifi, le 03/09/2008

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 23 réactions

L'irrésistible ascension et la suprématie de "McDo" ont un prix. Et fast en allemand signifie "presque", ce qui fait qu'un fast-food est un restaurant de "presque-nourriture".

C'est le 15 mai 1940 que l'aventure commence pour la chaîne de restaurants McDonald's, sous la forme d'un snack ouvert en Californie par deux frères. Au cours des années 50, la franchise naît et commence son activité de rouleau compresseur, faisant aujourd'hui de « McDo » l'ennemi n°1 des activistes comme José Bové. Petite chronologie : ...


1954
 : L'entrepreneur Ray Kroc (manifestement un pseudonyme destiné à masquer le nom d'un mafieux) rachète aux frères fondateurs les droits de la franchise naissante, et commence l'expansion sur le territoire américain.
Dès décembre 1954, la chaîne concurrente Burger King voit le jour elle aussi. Dirigée par un clan mafieux concurrent, elle mène aujourd'hui encore une guerre sanglante à McDonald's.

1962 : Kroc choisit comme mascotte officielle un clown terrifiant, destiné à attirer Ronald, le clown tueur
Ronald, le clown tueur
un public enfantin fasciné par le mal et la perversion. Ronald McDonald, c'est son nom, est incarné dans chaque établissement par un acteur dont la fonction secondaire est de tabasser les mauvais payeurs au fond des cuisines. Il arrive que certains d'entre eux soient exécutés et utilisés comme matière première pour les hamburgers.

1963 : Le 22 novembre, John Fitzgerald Kennedy est assassiné. Tandis que Lee Harvey Oswald est arrêté, plusieurs personnes affirment avoir vu un clown quitter les lieux avec un fusil à lunettes et un Coca-Cola.

1971 : Les premiers McDo ouvrent leurs portes au Japon. Plusieurs dizaines de clients meurent empoisonnés, après avoir eu le temps de lire dans le carton de leurs frites : « Souviens-toi de Pearl Harbor, sale Jaune. »

1979 : Invention du Happy Meal, menu destiné aux enfants. L'adjectif Happy implique que l'enfant qui le reçoit doit se montrer joyeux, indépendamment du fait qu'on ne lui offre que deux bouts de pain et un jus d'orange périmé. Le nom remplace le contenu, McDonald's a de nouveau effectué une avancée décisive.

1980 : La chaîne de restaurants Quick, fondée en Belgique en 1971, ouvre ses premiers restaurants en France. Vite contactés par une escouade de Ronalds, les dirigeants ne doivent leur salut qu'à la promesse de reverser 89% de leurs bénéfices en échange de la protection secrète de la McDonald's Corporation. Ils s'engagent également à insérer dans leurs pubs le message subliminal suivant : « Quick c'est bien, mais McDo c'est mieux ».

1984 : Un propagandiste, dont le nom n'apparaît que dans les archives du contre-espionnage européen, répand sournoisement la blague suivante dans les cercles populaires francophones : « Deux amis discutent ; l'un dit : - Je vais ouvrir une chaîne de restaurants que j'appellerai Mickey Mes-couilles. - Pourquoi Mickey Mes-couilles ? - Parce que Ma-queue Donald, c'est déjà pris ! ». L'auteur du pamphlet fut retrouvé à son domicile, étranglé avec le tuyau de son pommeau de douche.

1997 : Burger King ferme ses portes en France, après avoir perdu ses dirigeants locaux. Ceux-ci ont été inexplicablement retrouvés au fond de la Seine, attachés à des sacs de briques. La police a conclu à une série d'accidents. Aux USA, la Des repas préparés dans le sang
Des repas préparés dans le sang
bataille continue de faire rage.

1999 : José Bové démonte un restaurant McDonald's dans l'Aveyron. Des sources bien informées affirment qu'il travaille en réalité pour Burger King, dont les grands patrons voulaient se venger de McDo après leur éviction de France.

2001 : McDonald's organise l'attentat sur les twin towers à New York, afin de semer le trouble dans les esprits et d'attirer dans leurs restaurants les âmes en quête de réconfort. Oussama Ben Laden, comme plusieurs enquêtes l'ont démontré, a passé une bonne partie de sa jeunesse à préparer des McNuggets dans l'Ohio ; on soupçonne qu'en parallèle de cette activité officielle, McDonald's le formait aux opérations commandos.

2003 : Une nouvelle campagne publicitaire intitulée « I'm lovin' it » nécessite l'intimidation des auteurs de la série des années 60 Max la Menace, dont le gag récurrent est « ... and lovin' it ». Les auteurs cèdent à la menace, et promettent de tourner un film au cours des années suivantes en partenariat avec McDonald's.

2004 : Le cinéaste indépendant Morgan Spurlock tourne Super Size Me, un film qui dénonce la "malbouffe". Après s'être fait briser les jambes dans son parking par une bande de malfrats d'origine indéterminée, il écrit spontanément une lettre d'excuses à McDonald's.


A part ça, on y mange des hamburgers bien gras avec du bœuf et du fromage fondu. Et le McMorning, c'est jusqu'à midi seulement.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island