8/10Mensonge d'Etats

/ Critique - écrit par jaiina, le 06/10/2013
Notre verdict : 8/10 - Une pièce intéressante, un morceau d'Histoire à (re) découvrir (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Des mensonges bien utiles !

Après les réussis Repas des fauves et Collaboration, le théâtre se plaît actuellement à revisiter des pans plus ou moins connus de la Seconde Guerre Mondiale, comme ici l'opération Fortitude, gigantesque leurre pour camoufler le débarquement prochain des troupes en Normandie.

Mensonge d'Etats
DR.

La pièce est chronologique, se déroule principalement au QG londonnien mais aussi en France, dans les bureaux des services secrets allemands. Mention tout d'abord bien pour la mise en scène et les décors qui nous immergent vite dans l'ambiance.

Nous assistons à la mise en place des mensonges, le rôle que chacun va jouer, comment ils sont perçus côté allemands...Mais aussi à des remises en question sur le sens et les moyens utilisés (envoyer volontairement des parachutistes se faire emprisonner pour donner plus de crédibilité à l'action en cours). Autant de raisonnements moraux sur la Guerre, sur la maxime: 'la fin justifie les moyens'. En effet, si les soldats se doivent d'obéir aveuglement et prendre des décisions, aussi dures soient elles, ils n'en restent pas moins des hommes, avec leurs doutes et leurs sentiments, à l'instar de l'officier américain Banks. Evidemment, puisque nous connaissons la fin de l'Histoire, nous nous doutons bien que finalement cette opération était probablement nécessaire...Justement, c'est aussi l'une des difficultés que l'auteur Xavier Daugreilh parvient relativement bien à contourner: maintenir cette intensité dramatique au fil de la pièce alors que nous en connaissons la fin.

Mensonge d'Etats
DR.

Les comédiens incarnent bien leur personnage, sont imprégnés par la situation et nous décernons une mention spéciale à Patton et Aurélien Wiik. A travers son rôle de cuistot, il apporte une touche bienvenue d'humour mais aussi d'émotion.

Le bémol de la pièce est l'histoire d'amour entre Garbo, l'agent double et Banks: nous avons du mal à nous attacher à leurs sentiments, souvent froids et contradictoires. Cette romance est compliquée (y compris son dénouement) et a du mal à trouver sa place dans la pièce.

Au final, il n'en reste pas moins que la pièce est intéressante, fouillée, pédagogique. A voir !

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island