9/10Ô chocolat - Montpellier

/ Critique - écrit par hiddenplace, le 05/05/2006
Notre verdict : 9/10 - Ô chocolat, chocolat, pourquoi es-tu chocolat ? (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - 4 réactions

Tous les chemins mènent à Rome. Ou du moins, tous les chemins mènent au plaisir de nos petites papilles.

Sur notre route depuis la place de la Comédie, déambulant à travers la sinueuse toile de rues piétones, étroites et pittoresques de la vieille ville, d'innombrables enseignes de petits palais pour le palais régalent notre regard. On a l'embarras du choix.
Mais c'est à l'orée d'une petite placette mignonnette, pavée de cailloux reliant le hasard à notre estomac impatient, que nous avons trouvé notre bonheur.
A deux pas de l'église Saint Roch et pourtant au coeur du centre ville, seule une heureuse fortune a pû nous conduire devant cette vitrine modeste et accueillante. On ne peut décemment pas reprocher à cette petite antre gourmande de raccoler le passant qui erre nonchalamment par là.
La devanture d'un joli jaune irisé fait pourtant de l'oeil à nos pupilles immergées dans l'obscurité naissante, et surtout, surtout, c'est cette enseigne charmante, cette ardoise alléchante, et ce nom intrigant qui mettent un terme à notre indécision. Ah oui, l'enseigne est tentatrice, pour ne pas dire irrésistible : Ô Chocolat.

Mais qu'est-ce que cela peut-il bien être ?

Dégusterons-nous ce soir un dîner savamment décliné sur une palette de petits mets chocolatés (ou mieux, aphrodisiaques^^) ? L'idée est agréable, mais ce qui nous attend est bien plus singulier encore.
L'ardoise est catégorique : les recettes qui nous attendent si nous délibérons maintenant nous promettent de belles surprises : ce petit restaurant semble marier sans hésiter le salé et le sucré, le frais et le savoureux ; car le nom des plats tisse, sous une farandole de mots poétiques et insolites, une invitation vers un voyage improbable...Trop tard désormais pour se libérer de l'emprise de notre imagination, et ce, juste à la lecture du menu... il faut se lancer !


Le restaurant Ô chocolat est sans aucun doute une surprise fort agréable. La vitrine ensoleillée qui nous a attiré au dehors est une promesse de ce qui attend ses invités à l'intérieur : une salle aussi humble et chaleureuse que ce que laisse présumer notre première impression. Cette seule et unique salle qui s'offre à nous est à première vue très intime et met à l'aise à la fois la petite famille venue se changer les idées en ce début de week end, les copines venues papoter et refaire le monde à la lumière d'une petite lampe, et les amoureux égarés cherchant à suspendre un instant sur un petit coin de Lune.
Par ailleurs, la hauteur de plafond, plutôt généreuse, libère les esprits des dernière contrariétés de la semaine, et permet de respirer un peu dans ce repère convivial où il fait bon accepter la contiguité avec des compagnons de festin inconnus. La vue directe, derrière le bar, sur la cuisine et sur ceux qui travaillent à rendre heureux nos estomacs, rappelle le coin cuisine de notre petit nid chez nous. L'atmosphère qui se dégage est proche de celle d'une vaste salle à manger familiale, mais c'est plutôt rassurant.

Et pour ajouter au plaisir d'être là, les murs de pierre sont à la fois sobres et harmonieusement décorés : quelques gros plans photographiques sur des fruits du soleil et des épices parfumées qui présument sans aucun doute de nos futures assiettes...ainsi que, ça et là, quelques vieilles affiches publicitaires des années 20 ou 30 qui ornent souvent les murs de ce genre d'endroit ; et suspendus un peu partout des guirlandes chatoyantes au formes douces et rondes, apposant une touche un peu plus sophistiquée parmi une décoration plutôt classique. Mention spéciale pour les toilettes (et oui, ma maman m'a toujours dit que c'était un signe ou non de qualité^^), soigneusement décorées d'un petit rideau de marguerites et de petites fleurs un peu partout. Le plaisir de l'anecdote poussé jusque là est une bonne entrée en matière, à n'en pas douter !
L'atmosphère est d'autant plus chaleureuse que les loupiottes qui éclairent tout ce petit monde sont très tendrement tamisées, petites lampes de chevets colorées et souvent fantaisistes ; et c'est assez rare pour le souligner : chaque table a droit à une lampe dictincte, et ainsi à une couleur et une chaleur un peu personnalisées.


L'autre détail agréable, qui annule presque la trop grande proximité avec les voisins, est la largeur appréciable des tablées, plus grande que la moyenne, mais juste ce qu'il faut pour accepter de prendre racine un bon moment en attendant d'être servis. Et pourtant, décidément, où donc mènera le fil de la surprise ? une fois la commande prise, l'attente est casi inexistante : le temps d'échanger quelques mots et d'entendre nos ventres rugir une dernière minuscule fois, et voilà déjà nos proies !


Et c'est là que ça scintille, car les menus qui nous ont séduits depuis le macadam ne nous décevront pas : nous avons opté pour un menu entrée-plat-dessert des plus alléchants : (rien qu'au souvenir, j'aimerais m'y replonger^^) : un clafoutis de tomates cerises et une salade de queues d'écrevisses aux agrumes pour les entrées, puis une souris d'agneau très tendre et un magret de canards aux mangues, le tout servi avec une délicieuse purée maison, pour les plats. Je n'ose même plus me rappeler exactement les autres mets que proposait l'ardoise, de peur de tomber dans une de mes vagues de fanatisme comme je sais si bien le faire, mais pas d'inquiétude, le reste est du même accabit.
Et le point final de ce petit moment de bonheur est un tiramisu au chocolat qui justifie à lui seul notre visite.
A l'image de la décoration d'ensemble, toutes ces petites choses sont présentées avec soin dans un couvert sobre et cependant très classe : assiettes carrées en verre et porcelaines multicolores pour une parfaite harmonie avec les délices qu'elles contiennent.

Et, si vous êtes encore vivants à ce stade de ma petite note euphorisante, je pense qu'il est tout de même utile de souligner le très joli rapport qualité-prix : 19 euros pour les gourmands avec ce fameux menu entrée-plat-dessert, mais pour les appétits plus modestes, le menu entrée-plat ou plat-dessert à 11 euros devrait suffir à une caresse du palais un peu plus légère.

Quant au service, il sait être discret et pourtant très agréable, d'autant plus que l'on attend pas des heures l'objet de notre convoitise et que l'on est par ailleurs pas poussé dehors dès que la dernière miette est engloutie.


Ce petit ilôt de fantaisie à l'abri des regards est donc une escale réellement conseillée à tous les amoureux de saveurs colorées, de cuisine à la fois fine et singulière, et en quète d'un moment de repos pour l'esprit et le coeur.. Et tout cela pour un porte-monnaie raisonnable, je crois qu'il n'en faut pas davantage pour achever de convaincre les plus hésitants...

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island