8.5/10Le plus heureux des trois

/ Critique - écrit par jaiina, le 23/09/2013
Notre verdict : 8.5/10 - Un classique qui tient ses promesses, une belle comédie pour la rentrée (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Un classique, bien fonctionne bien, grâce à de belles performances de comédiens.

Marjavel, bien interprété par Jean Benguigui, est un homme riche d'une soixantaine d'année qui a épousé en seconde noce une jeune femme d'une trentaine d'années, Hermance. Pour la célébration de sa fête, Marjavel invite ses amis... Et là, la comédie peut commencer ! 

Le plus heureux des trois
DR.

Les langues se délient: Jobert qui était l'amant de la première femme de Marjavel ainsi que le neveu de Jobert, Ernest qui n'est d'autre que l'amant d'Hermance voient au fur et à mesure du déroulement de la pièce leurs relations menacées puis mises à jour (si vous n'avez pas tout suivi, le mieux est de le voir sur scène !). Chacun bien sûr ne veut pas que sa faute se sache et est prêt à payer le prix pour cacher sa situation. Ces intrigues vont alors donner lieu à de classiques quiproquos sur fond de billets doux et de lettres anonymes. Il ne faut pas oublier le rôle des domestiques qui rajoutent du piquant à cette pièce. La pièce trouve justement presque un second souffle à ce moment là. Si Jean Benguigui et Constance Dollé jouent bien leur personnage, sans trop tomber dans la caricature, on pourra un peu regretter qu'Arthur Jugnot joue un peu trop en retrait, sur la réserve. Il a beaucoup de talent mais il ne parvient tout de même pas à vraiment faire décoller son personnage. Au contraire d'Arnaud Gidoin qui est époustouflant en domestique alsacien. Il est drôle, excessif mais juste.

Le plus heureux des trois
DR.

Il y a là plus qu'un trio classique, mari, amant, épouse : tous les personnages de ce marivaudage sont concernés et participent à la mise en valeur des thèmes principaux, à savoir l'obsession de l'argent, de l'amour ou du sexe, l'ennui des bourgeois, la cupidité.

La pièce est très enlevée, le rythme très soutenu, servi par une mise en scène et un décor luxueux propres à retranscrire cette atmosphère bourgeoise. Labiche ne faillit pas à sa réputation. La salle participe de bon coeur à cette comédie. Nous pouvons juste reprocher une certaine absence de risque pour dépoussiérer ce vaudeville un peu trop classique et dont le final n'est que trop prévisible. Mais en tout cas, le pari de cette pièce phare de la rentrée est réussi et nous ne pouvons que vous la recommander vivement.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island