10/10Le porteur d'histoire

/ Critique - écrit par jaiina, le 13/03/2013
Notre verdict : 10/10 - Une des plus belles pièces du moment ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Voici un "OTNI" : un Objet Théâtral Non Identifié ! Et assurément, l'une des pièces les plus réussies vues ces derniers temps (et pourtant, je commence à en avoir vu un certain nombre).

Le porteur d'histoire
DR.
.

Au commencement était le verbe. Et toute la pièce n'est qu'un gigantesque dépaysement, une suite de petites histoires dans une grande histoire, un peu comme les Mille et Une Nuits ou Inception...

Le décor est simple : cinq comédiens, pieds nus et en marcel, quelques costumes sur un portant et un grand tableau noir. À la base, pas très folichon me direz- vous.

Le porteur d'histoire
Nous sommes dans un avion, simpliste le décor, non ? Et pourtant on y croit !

Et pourtant, en peu de temps, grâce à la virtuosité des mots et du talent de conteur des comédiens, nous voici vite transportés en Algérie, dans les Ardennes, nous cotoyons Eugène Delacroix et Marie - Antoinette... Ecrit comme cela, je peux comprendre le septicisme de certains d'entre vous, mais une fois au théâtre, nous sommes littéralement transportés et nous ne souhaitons qu'une chose : connaître la suite du récit.

Le porteur d'histoire
Eugène Delacroix à l'oeuvre.

Comme vous avez pu le deviner au travers de ces quelques lignes, il s'agit d'une pièce particulière, difficile à raconter mais d'où on ressort enchanté, dépaysé, après laquelle nous n'avons qu'une envie : nous plonger dans un roman d'Alexandre Dumas.

La pièce est est rythmée, les situations et personnages s'enchaînent sans temps mort, elle n'est ni drôle ni triste ;  il s'agit juste de belles histoires racontées par un porteur d'histoires , dont on ne connaîtra jamais la part d'imaginaire des histoires qu'il raconte !

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island