8.5/10Prairie des Filtres - Toulouse

/ Critique - écrit par Aurélie, le 06/09/2004
Notre verdict : 8.5/10 - Une bouffée d'air frais (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 9 réactions

Un havre de bonheur verdoyant à deux pas de l'agitation du centre toulousain, ce n'est pas banal. Alors, pourquoi ne pas profiter des dernières chaleurs pour (re)découvrir ce petit paradis citadin ?

Ce charmant parc tire son nom (intrigant) des galeries filtrantes qui traversaient son sous-sol au 19ème siècle afin d'approvisionner le château d'eau voisin. D'après certaines légendes, c'est sur cette pelouse que les Toulousains ont commencé à jouer au rugby. Quoi qu'il en soit, c'est plutôt une impression d'intemporalité que l'on retiendra de ce lieu rafraîchissant.
Coincé entre la Garonne et la partie Ouest de Toulouse, il s'agit de l'endroit le plus agréable mais aussi le plus accessible pour les âmes désireuses de ne rien faire si ce n'est regarder l'eau couler. Imaginez : le soleil s'est couché depuis quelques heures, l'air est frais, vous êtes assis dans l'herbe et en face de vous, les lumières des berges se reflètent dans la rivière calme. En écoutant bien, vous pourrez même entendre quelques oiseaux chanter (si, si). Que demande le peuple ?
La Prairie des Filtres est parfaitement intégrée à l'espace urbain. Pour vous y rendre, rien de plus simple : prenez le métro jusqu'à la station Esquirol, puis traversez le Pont Neuf. Vous apercevrez alors sur votre gauche le grand espace vert de la prairie.

Il s'agit également du plus grand parc du centre ville : il occupe tout l'espace entre le Pont Neuf et le Pont St-Michel, une surface suffisante pour éviter la cohue, et se croire (presque) à la campagne. A l'ombre des saules et autres peupliers, vous pourrez profiter de l'herbe et des bancs, selon vos préférences, mais également des quelques équipements que propose le parc : des jeux pour les enfants, mais aussi des toilettes publiques (qui se révéleraient utiles si elles étaient ouvertes). Autre détail appréciable : les vélos sont autorisés à l'intérieur du parc, de quoi faire de petites promenades sympathiques.

Malgré l'animation qui y règne parfois, la Prairie des Filtres n'est pas un endroit glauque ; inutile de vous presser pour rentrer : vous ne verrez pas le lieu se transformer en coupe-gorge une fois la nuit tombée. Pas de "zonards", donc, plutôt quelques fêtards amicaux qui viendront, à l'occasion, vous demander du feu ou un décapsuleur. Pas de quoi crier au secours : c'est que la prairie est conviviale et chaleureuse et qu'il y règne un esprit communautaire. Jongleurs et autres amateurs de bolas s'y côtoient sans sectarisme. Mais n'allez pas vous imaginer la Prairie comme étant l'incontournable des nuits toulousaines branchées ; le cercle est restreint, et l'ambiance, décontractée. Pas de m'as-tu-vu à outrance, ici, c'est la bonne humeur que l'on cultive jusqu'à l'aube.

Quoi que vous cherchiez, calme et sérénité ou fiesta jusqu'au petit matin, la prairie est faite pour vous ; un air de campagne au milieu de la Ville Rose, le lieu idéal après une journée de travail.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island