6.5/10Quai des guinguettes 2004 - Lyon

/ Critique - écrit par Kassad, le 27/07/2004
Notre verdict : 6.5/10 - Quai des buvettes (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Avis à tous, la ville de Lyon se met à bouger. Pour l'instant j'aurais plutôt tendance à dire qu'elle gigotte en l'occurrence qu'elle guinche. Depuis quelques années (les dernières élections municipales ?) s'installent de nouvelles animations à dates fixées. La plus connue est le 8 décembre, et sa désormais mondialement célèbre fête des lumières : détournement laïc d'une fête religieuse dans une société avide d'"entertainment". Viennent s'ajouter des événements plus pointus comme par exemple Les nuits sonores. La petite dernière qui n'en est qu'à sa deuxième édition est le Quai des guinguettes.

Le principe est simple : profiter des berges du Rhône, rive gauche entre la passerelle du Collège et le pont de la Guillotière, pour y installer nombres d'animations estivales. La principale étant la consomation de boissons à l'ombre. Ce ne sont pas moins d'une vingtaine de bars qui se succèdent. Des tentes berbères de la Marquise au bar associatif en passant par le DJ Brésilien du Ninkasi, toutes les influences se mélangent sur cette bande coincée entre les quais et le Rhône. Mais limiter le Quai des guinguettes à une collection de bars en plein air serait trop réducteur. De nombreuses activités y sont aussi proposées : Beach Volley, démonstration de capoera, concerts, même le crieur publique est descendu de sa Croix-Rousse pour y faire ses anonces (pour les non Lyonnais : il s'agit d'un crieur de nouvelles comme au Moyen-Age : vous lui donnez un message avec de l'argent et il le lit en place publique). Les vendeurs de kebab et de merguez sont là aussi (hé oui vous ne pensiez quand même pas y échapper). Il y a même une activité étonnante : la pêche à la truite ! Comprenez que pour la modique somme de 3 euros vous pourrez plonger un hameçon dans un petit bac pour en sortir une truite (vu comme elles se jettaient sur la ligne je pense qu'elles devaient être affamées les pauvres)... que vous relâcherez ensuite. Bref vous aurez compris que c'est une ambiance kermesse qui s'est installée là.

Parler de cohérence interne de cet événement serait grandement exagéré. Ce n'était pas le but recherché, j'en conviens. Simplement on sent que cet événement n'a pas encore réussi à se forger une identité. D'ailleurs, ce décalage se ressent de par le comportement des participants. A la base, l'idée était simplement de disposer quelques buvettes au bord de l'eau. Une présentation politiquement correcte de la chose serait de dire que les lyonnais se réaproprient les berges du Rhône (ah c'est beau comme un programme électoral ça). Mais le fait que la mairie institutionalise l'événement crée une sorte d'attente de la part des personnes présentes. Et une grande partie vient comme on vient au zoo. Je peux vous assurer que ça fait bizarre d'être assis à déguster son demi en voyant passer devant soi des milliers de personnes le regard un peu ébahi à la recherche de ce qu'il "faut voir" et qui faute de mieux (les animations sont minimales) vous contemplent. Kassad éclusant une bière, voilà tout le spectacle qu'il y avait à voir. Je remercie la mairie de Lyon de m'avoir choisi comme héraut de son programme culturel mais je crains qu'il n'y ait un "misfit" quelque part. C'est la critique principale que je ferais d'un événement par ailleurs bien sympathique : ne pas avoir su franchement choisir entre une approche informelle et festive et un événement plus construit. Une affaire à suivre pour les éditions suivantes.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island