9/10Le Roi singe et la montagne de feu

/ Critique - écrit par Danorah, le 13/05/2007
Notre verdict : 9/10 - Abasourdissant ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Un spectacle débordant de vie, de couleurs, de sons, de sympathie et d'enthousiasme. Rare et inoubliable.

Ces derniers jours, à Nancy, les festivals se télescopaient quelque peu. Entre Traverses, « 11e rencontre des théâtres des pays d'Europe », et Passages, « festival des théâtres à l'Est de l'Europe et d'ailleurs », il y avait de quoi faire pour qui souhaitait se divertir et se cultiver. Le festival Passages s'achevait hier en apothéose avec la dernière représentation du Roi singe et la montagne de feu, à l'opéra de Nancy.

Des acrobaties renversantes...
Des acrobaties renversantes...
Le Roi singe et la montagne de feu est un spectacle originaire de Chine, présenté au public français par la troupe de l'Opéra national de Chengdu du Sichuan. De l'opéra chinois ? Oui, mais l'opéra chinois n'a rien à voir avec l'opéra occidental, ce dernier étant basé principalement sur une œuvre musicale. L'opéra chinois, au contraire, mélange un nombre impressionnant de disciplines : les artistes qui y prennent part sont à la fois des comédiens, des chanteurs, des acrobates, des danseurs, des cracheurs de feu, et maîtrisent les arts martiaux ainsi que la technique spectaculaire du changement de masque. Rien que ça. Ils sont en outre accompagnés tout au long du spectacle par un petit ensemble de musiciens.

Des costumes époustouflants...
Des costumes époustouflants...
L'histoire, pas bien compliquée, n'a pas grande importance dans le déroulement des événements. Sans rentrer dans les détails, voilà de quoi il retourne : un roi et ses trois serviteurs cherchent à se frayer un chemin à travers une montagne ravagée par les flammes. Pour étouffer celles-ci, il leur faudra se procurer un éventail magique détenu par une princesse, qui bien évidemment n'a aucune intention de le leur remettre de son plein gré (sinon l'histoire n'irait pas loin). S'ensuit un jeu de dupes qui sera l'occasion de mettre en scène divers petits tableaux appelant les différentes disciplines citées plus haut, et notamment celle du « changement de masque ». Avant que le public ait eu le temps de dire ouf, les comédiens changent de visage à une vitesse qui confine à la sorcellerie. Les masques sont en outre colorés et expressifs, les costumes éblouissants de couleurs, les coiffes riches de plumes et autres parures ; les petits passages de théâtre sont bien entendu récités en chinois, avec également beaucoup d'expressivité et de vie dans les intonations, ce qui permettrait presque de saisir le sens global du texte sans avoir à lire le surtitrage. D'autant plus que les personnages sont très typés et de ce fait très vite reconnaissables, en plus d'être débordants de sympathie et d'enthousiasme.

Une mise en scène rayonnante...
Une mise en scène rayonnante...
La musique, dans un premier temps, laisse perplexe. En fait, nos oreilles occidentales auraient plutôt tendance à qualifier cette déferlante sonore de cacophonie, comme si l'on assistait à une espèce de concert improvisé par des bambins qui s'amuseraient à taper de manière anarchique sur des casseroles et des couvercles. Que nenni ! Après quelques minutes de ce traitement, on commence à percevoir une structure, et tout ce capharnaüm finit par se muer en partition extrêmement complexe d'un point de vue rythmique, exécutée avec une rigueur métronomique proprement renversante. Quand à cela viennent s'ajouter des chorégraphies et des acrobaties réglées au dixième de temps et au dixième de millimètre près, on touche de très près l'extase visuelle et auditive.

Enchaînant les sauts périlleux pour certains, les jets de flammes pour d'autres, faisant appel à des accessoires aussi divers que des drapeaux, des rubans ou des sabres, les comédiens livrent une performance à couper le souffle. Tout se déroule très vite, sans le moindre temps mort. Dans le public, enfants comme adultes sont littéralement scotchés. Le spectacle se conclut dans un tonnerre d'applaudissements, et sera suivi de rappels qui permettront aux artistes de faire valoir une fois encore l'étendue de leur talent. A tel point qu'ils arracheront au public de Nancy, d'ordinaire plutôt réservé, une standing ovation. Preuve, si cela était nécessaire, du caractère exceptionnel de ce spectacle inoubliable.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island