6/10Starbucks Coffee

/ Critique - écrit par Kei, le 14/04/2008
Notre verdict : 6/10 - Peut mieux faire (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 16 réactions

Du glamour, du café, des fauteuils et du wifi. Une jolie promesse malheureusement pas vraiment tenue. Heureusement que les boissons sont bonnes.

Le Starbucks Coffee, c'est une chaîne de cafés d'un genre nouveau. L'image convoyée est celle du Central Perks de Friends : un endroit cosy et chaleureux où des jeunes gens beaux et spirituels vont se détendre après une journée de dur labeur. Un endroit où l'on n'est pas accoudé au comptoir mais confortablement installé dans des fauteuils, et où la boisson n'est pas servie dans une tasse blanche sans âme mais dans un bol ou un tasse vaguement vintage, donnant ainsi au client l'impression de boire une boisson non produite à la chaîne.

Evidemment, mettre en place ce genre de choses est loin d'être évident, et bien que le Starbucks reste dans cet esprit, l'optique "café pour jeunes cadres dynamiques et branchés" reste très présente à l'esprit. Au lieu des tasses on trouvera donc des gobelets plastiques reconnaissables entre mille dotés d'un capuchon fort pratique lorsqu'il s'agit de transporter son café. Les noms des clients sont inscrits sur les gobelets, et une fois la tasse prête, on appelle son propriétaire par son prénom pour qu'il vienne le chercher et qu'il puisse s'installer sur des fauteuils ou des chaises signées Stark. Une vision du café très populaire aux Etats-Unis, où la marque a été créée, et popularisée en france par le très grand nombre de séries en parlant plus ou moins directement. Et ça marche, comme en témoigne le nombre d'établissements installés en région parisienne lors de ces 5 dernières années : pas moins de 42 sites, dont 34 à Paris même.

Chose étonnante, la clientèle est grandement composée de lycéens. Sans doute parce que les jeunes cadres dynamiques n'ont pas le temps de faire la queue pendant vingt minutes pour obtenir leur gobelet (il y a très souvent beaucoup de monde, même hors vacances scolaire et pendant les jours de pluie), que les étudiants sont trop fauchés pour payer 4€ la tasse la plus petite, et que les amateurs de cafés ont du mal à boire le lait chaud au café que l'on voudrait faire passer pour un cappuccino. En région parisienne, la clientèle est même très largement constituée de touristes anglophones, sans doute trop heureux de retrouver un point de repère au pays des fromages non pasteurisés.

Une fois la tasse obtenue, il est possible d'aller s'asseoir en sale, sur des fauteuils élimés disposés autour de guéridons premier prix. On est bien loin de l'image glamour du cinéma américain. Point fort cependant : les Starbucks possèdent un réseau wifi permettant aux gens pressés de venir travailler, ou bien de glander honteusement devant Krinein par exemple (tout à fait au hasard).

La carte proposée est assez grande. Pour peu que vous aimiez les anglicismes mâtinés d'italianisme, vous devriez pouvoir vous y retrouver. Les Caffé Latte prennent place à coté des Cappuccino et autres Cafè Moka et sont disponibles en trois tailles : moyen, grand et venti. Si vous aimez votre café serré, noir, et sans sucre, passez votre chemin : tous sont délayés et agrémentés d'un nombre certain d'ingrédients doucereux et agréable au palais. L'établissement vous propose également de prendre des muffins, doughnuts et autres douceures anglo-saxonnes pour accompagner votre boisson. Des gâteaux très bons, il faut bien le reconnaître, mais dont le prix vous obligera à vendre un rein si vous comptez en manger régulièrement. A coté des cafés et gâteaux, on trouve un certain nombre de Frappuccino, qui se situent à mi-chemin entre le café glacé et le milk shake. Encore une fois, c'est très doucereux et agréable (surtout en été), mais les tarifs prohibitifs les réservent à un public relativement fortuné ou en mal d'image branchée.

Pour les amateurs, il faut également savoir que Starbucks est un commerce de café en grain, et qu'il est possible d'en acheter dans tous les magasins de l'enseigne.

Pour finir, on rigolera doucement devant la mention "caution, the beverage you're about to enjoy is extremely hot", phrase caractéristique de la marque aux états unis, mais qui perd beaucoup de son sens chez nous puisque la législation ne nous oblige pas à servir les cafés bouillants, et que ceux ci sont régulièrement servis tièdes.

NB : le papier de la cassette dans lesquels sont moulés les muffins sont exactement de la même couleur que ceux-ci : pensez à bien regarder et à le retirer avant de mordre dans le gateaux, vous éviterez ainsi la mastication pénible et sans saveur du-dit papier.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island