8.5/10Titan - Heelys

/ Critique - écrit par Guillaume (), le 27/09/2005
Notre verdict : 8.5/10 - Ca roule ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 7 réactions

La première rencontre avec les Heelys se fait par le biais de leur boite. Une simple boite à chaussures au premier abord... Mais à bien y regarder, le design est assez futuriste, mêlant noir classieux et rouge dynamique à un schéma technique de la paire de chaussures.
On s'aperçoit déjà que quelque chose est étrange. En effet, au niveau du talon, le dessin dévoile ce qui ressemble à une roue.

Curieux, on ouvre la boite - qui soit dit en passant coulisse sur un des pans, contrairement aux boites classiques qui se divisent en deux morceaux distincts - et on tombe sur... une paire de chaussures à la mode décontractée. Le genre chaussures de skateurs, très bien finies, avec de grosses languettes et des lacets épais : confortables et larges.

Le talon est lui aussi épais : à vue d'oeil trois ou quatre centimètres, avec un emplacement creux, mais recouvert d'une pièce de plastique, permettant d'assurer que rien ne rentre à l'intérieur. Il est à peu près impossible à ouvrir à la main mais un outil - mélange entre un démonte-pneu et un chausse-pied tenant dans une poche - permet d'extraire la pièce aisément et rapidement. Il suffit alors d'insérer une roue (petit format dépassant à peine du talon) en donnant un coup sec dessus pour que les Heelys soient prêtes à fonctionner. Et c'est là que l'expérience Heelys commence !

Heelys - rouler en chaussures

Comme dans tous les sports de glisse urbaine, on doit se protéger un minimum, donc coudières, casque, protèges-poignets sont de mise. Evidemment, ça casse un peu le style, mais à vous d'assumer les conséquences si vous ne respectez pas ces recommandations.
On place tranquillement un pied devant l'autre, tous deux parallèles. On soulève la pointe des pieds. On cherche l'équilibre. Et voilà, on tient sur les Heelys, ou pas d'ailleurs... Plus qu'à faire la même chose avec de l'élan.

On prend donc un pas d'élan, voire deux, puis on se positionne en position d'équilibre. Facile à dire, et assez facile à faire : c'est automatique, le corps étant peu désireux de chuter. Par contre, glisser, rouler longuement est plus compliqué. Mais au lieu de tomber par manque de maîtrise, comme lorsqu'on s'initie au roller, on peut se contenter de baisser la pointe des chaussures et ainsi stopper net. Au pire on prolonge d'un ou deux pas, histoire de combattre les derniers restes de l'énergie cinétique.

On progresse rapidement. On parvient assez finalement à augmenter la durée de glisse. Il suffit dès lors de s'assurer que la position des pieds est bonne - une chaussure à peine soulevée, et l'autre bien plus - histoire de ne pas prendre de mauvaise habitude, et de s'entraîner, encore et encore, pour parvenir à un résultat tout à fait sympathique (comptez un peu moins d'heure pour commencer à vous amuser).

Pour ce qui est de faire des figures avec des Heelys, c'est une autre histoire ! On peut faire des slides (même si le modèle Titan n'est pas conçu pour cela), rouler sur une roue, faire des demi-tours, rouler à l'envers... Mais c'est une autre paire de manches. A titre de comparaison, les mêmes figures en rollers sont plus simples à effectuer, si ce n'est qu'il y a moins d'appréhension car on chute plus rarement.

Rouler en Heelys, une fois le coup de main pris, est très plaisant, principalement en ville. On avance rapidement sur les pistes cyclables tout en se fatiguant peu ; dès qu'on a du mal à avancer, on passe sur le trottoir et on marche.
En principe, on ne devrait pas les utiliser sur les trottoirs, mais c'est vraiment très tentant. En effet, on ne gêne pas le piéton. D'une part on va moins vite qu'en roller et on peut s'arrêter réellement rapidement sans dérapage et fracas ; d'autre part, on ne mouline pas dans tous les sens, ce qui évite de faucher les piétons passant à côté de nous. Avec un peu de bon sens, on devient absolument inoffensif face à eux.

Les Heelys permettent de se déplacer un peu partout en ville - plutôt en terrain plat ou en descente raisonnable, sur de courtes distances - de manière ludique. On peut s'amuser à faire quelques figures, un peu de vitesse, du slalom. Puis une fois lassé, on enlève les roulettes pour prendre le métro sans se faire mal voir des contrôleurs.
Les Heelys sont assez confortables pour être portées toute la journée, elles permettent donc de ne pas s'embarrasser d'une seconde paire de chaussures.

Au final, les Heelys sont un moyen de transport fun et pratique pour la ville, très aptes à cotoyer les piétons.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island