9.5/10War Horse, à la Seine Musicale

/ Critique - écrit par jaiina, le 05/12/2019
Notre verdict : 9.5/10 - Une fresque historique, emplie d'émotion, doublée d'une prouesse technique (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Un spectacle poignant et une prouesse technique bluffante ! Une réussite !

War Horse est un spectacle réussi, aussi bien sur le fond que sur la forme.

Commençons par le fond. Nous suivons l'amitié entre le jeune Albert, âgé de 16 ans et Joey, un cheval que son père a gagné aux enchères et dont il se voit confier le dressage. Tout s'écroule au moment où la Première Guerre Mondiale éclate et où Joey est vendu à la Cavalerie par le père d'Albert...Trahison du Père, relations familiales défaillantes. Première petite histoire dans le récit de War Horse.

Dès lors, nous allons suivre les aventures de Joey dans les deux armées (il sera fait prisonnier) et à travers ses aventures, et celle d'Albert qui s'enrôlera dans le but de le retrouver, nous sommes confrontés à l'horreur de la Première Guerre Mondiale. Nous assistons à l'évolution de ces soldats britanniques qui partaient en 1914 sur le front, emplis de confiance que la Guerre serait rapide, jusqu'à la désillusion puis leurs vies et/ou morts dans les tranchées. Une succession de tableaux pour mieux décrire, faire ressentir la peur, le froid, l'horreur. Loin d'être manichéenne, la pièce nous montre que les Allemands aussi doutent et souffrent. La Guerre est pleine de zones grises. Le décor, hormis les marionnettes que nous aborderons plus loin, est sobre mais efficace: un écran vidéo derrière la scène plante le décor des différentes scènes.L'effet est saisissant.


DR.

 

Mais au delà de ce volet historique, War Horse s'attache à dépeindre l'amitié voire amour absolu entre un homme et son cheval. Au fur et à mesure que leurs liens se tissent, le spectateur ne peut s'empêcher d'être pris d'une immense affection pour les deux protagonistes. Subtile et touchante, l'histoire prend de se construire et d'embarquer le public dans ces montagnes russes sentimentales.

L'une des réussites du spectacle est donc d'aborder beaucoup de sujets tout en prenant le temps. Un dosage savamment réussi.

Quant à la forme, elle est tout simplement extraordinaire: les chevaux sont animés par trois marionnettistes et avec un tel naturel et une telle symbiose que nous avons vite le sentiment d'être en face de vrais animaux. Toujours en mouvement, Joey bouge la tête, les oreilles, hennit. Ses sabots résonnent lorsqu'il se déplace. Les animateurs parviennent à lui donner toute une palette de sentiments, ce qui rend le spectacle tout à fait crédible. Nous oublions vite que des hommes se dissimulent dans et à côté de la structure.

Enfin, toujours dans un souci de donner vie au cadre, nous voyons évoluer des oies, des oiseaux,...autant d'éléments qui participent à placer les décors, de même que des interludes musicaux, plutôt narratifs, qui renforcent la solennité du moment.


DR.

 

En somme, vous l'aurez compris, Krinein est sous le charme de ce spectacle, réussi au niveau de la mise en scène et de la prouesse technique engagée et également pour les histoires et les émotions véhiculées.

Une performance comme on souhaiterait en voir davantage.

NB: spectacle recommandé aux enfants à partir de 10 ans, il est en anglais avec sur titrage

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island