Route du Rock 2007 - 3ème jour

/ Compte-rendu de concert - écrit par wqw..., le 24/08/2007

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 1 réaction

Après la déception des Smashing Pumpkins, on pouvait avoir quelques appréhensions quant au choix de Sonic Youth de reprendre sur scène le mythique Daydream Nation.

L’un des désavantages de partir en Festival en groupe, en troupe, en grappe, c’est que l’on finit par souvent rester ainsi, l’individu alors perdant tout système autonome. C’est ainsi que j’ai raté au Palis du Grand Large, les aventures Electrelane (par Vincent Moreau)
Electrelane ( www.zeroflash.net )
musicales d’Ensemble qui vient de sortir un très bel album sur le label anglais Fat Cat et ainsi que celle du violoniste Owen Pallet que l’on connaît notamment comme arrangeur pour Arcade Fire venu ici avec son Final Fantasy. Regrets…

Mais cette dernière soirée commence plutôt de belle manière avec les américains de Voxtrot. Originaire d’Austin au Texas, c’est pourtant outre-manche qu’il faudrait aller chercher leurs influences. Une power-pop rondement menée, qui certes ne révolutionnera pas l’histoire du rock mais dont la fraîcheur et la spontanéité offrira à un public encore clairsemé une bonne dose d’indie des familles. Rock encore avec les filles d’Electrelane. Rythmiques simples mais efficaces par une très souriante batteuse, guitares criantes, leurs chansons noisy se perdent dans une balance un peu médiocre (malheureusement l’une des constantes du festival). L’ensemble très loin d’être transcendant reste néanmoins correct pour une ouverture.

Albert Hammond Jr (par Vincent Moreau)
Albert Hammond Jr ( www.zeroflash.net )
En vacances des Strokes, Albert Hammond Jr. gratifie le fort de Saint-Père d’une prestation rock alléchante. Si l’on reconnaît parfois la patte du guitariste du groupe new-yorkais, celui-ci sait sortir son épingle du jeu s’éloignant des tendances et des conventions (notons d’ailleurs un sémillant pantalon blanc moulant) pour une prestation souriante et fraîche, mélange de pop-songs à chœurs et de guitares abrasives qu’on aura sans aucun doute plaisir à retrouver sur disque (album réalisé en compagnie de Sean Lennon et Julian Casablancas).

Sonic Youth (par S. Spitzglous)
Sonic Youth (par S. Spitzglous)
Après la déception des Smashing Pumpkins, on pouvait avoir quelques appréhensions quant au choix de Sonic Youth de reprendre sur scène son album mythique, Daydream Nation. C’était sans compter sur l’expérience de ce groupe légendaire qui réalise sans nul doute LE concert qu’il ne fallait pas rater à la Route du Rock. Thurston Moore, Kim Gordon, Lee Ranaldo et Steve Shelley, comme au premier jour, tordent les sons à plaisir dans des morceaux entre chanson et expérimentation avec une énergie et un bonheur dont ferait bien de prendre de la graine grand nombre de formations… Les guitares sont grattées, frottées à l’archet, les cordes frappées, maltraitées à coups de baguettes de batterie : les fans exultent. Plus d’une heure passe sans relâche et le bonheur de tous. Petit moment de pause et le groupe revient dans le XXIème siècle, pour quelques chansons supplémentaires en compagnie de l'ex-Pavement Marc Ibold à la basse, Kim chante, danse comme une forcenée. L’extase est généralisée, on se rappelle alors ce qui est à l’origine de notre amour pour l’indie-rock.

Turzi (par Vincent Moreau)
Turzi ( www.zeroflash.net )
Remplaçant le DJ Erol Alkan au pied levé, ce qui aurait pu apparaître comme un rêve, en jouant entre les deux têtes d’affiche de la soirée, se révèle rapidement pour Turzi, comme un cadeau empoisonné. Le groupe français dont les Inrocks et la diaspora versaillaise vantent les vertus, et aurait sans doute mérité d’ouvrir l’une des trois soirées, se retrouve à lutter avec une sono capricieuse qui fait que chaque instrument n’est pas mis en valeur. D’abord la batterie puis les voix sont comme inexistantes, le résultat laisse supposer quelque chose d’intéressant sur disque mais qui sur scène aura laissé le public perplexe… lorsque qu’il ne l’aura pas fait fuir.

LCD Soundsystem (par Vincent Moreau)
LCD Soundsystem
( www.zeroflash.net )
La veille au Japon, James Murphy et son LCD Soundsystem n’avait en rien l’air marqué par le décalage horaire. Bien au contraire, leader de l’electro-rock, le fondateur du label DFA a une fois de plus sorti l’artillerie lourde pour faire vibrer et trépigner une dernière fois les festivaliers ravis, pour ne pas dire comblés. Il permettait de terminer de manière positive ce millésime 2007.

Ce ne seront pas moins de 23.000 personnes qui se seront déplacés sur les trois jours du festival pour deux très bonnes soirées et sans doute un jeudi à oublier… La Route du Rock encore une fois se sera montrée derrière quelques groupes phare, dénicheuse de talents, préparant déjà l’édition suivante pour laquelle côté programmation, on espère déjà la venue de PJ Harvey…

merci à Vincent Moreau pour ses photos

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island