9.5/10Une histoire d'amour, à la Scala

/ Critique - écrit par jaiina, le 18/01/2020
Notre verdict : 9.5/10 - L'amour exploré sous toutes ses facettes, avec finesse et émotion, une réussite (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

La nouvelle pièce d'Alexis Michalik, nouveau succès: intimiste et touchante. Un chef d'oeuvre

'Une histoire d’amour', la dernière pièce d’Alexis Michalik est disons le tout de suite, une pure réussite, pleine d’émotion, de tendresse et d’humour aussi. Pour avoir vu et apprécié ses précédentes œuvres ( 'Porteur d'histoire' et 'le cercle des illusionnistes','Edmond' et 'Intra Muros') nous ne doutions pas de son talent mais là, Alexis Michalik a su renouveler son style : fini les histoires à tiroir mais place au déroulé de la vie d’un frère et une sœur et de leurs histoires d’amour : entre eux, avec leurs conjoints, leurs enfants. Les liens amoureux et familiaux sont explorés dans toutes leurs profondeurs mais sans jamais perdre le spectateur, qui se retrouve forcément à un moment ou un autre dans l’un des personnages sur scène.

De l’amour passionnel à son délitement entre Katia et Justine de la (sur)vie après le deuil pour William et Claire entre autres…  « une histoire d’amour » aborde frontalement les sujets les plus lourds tout en étant empreint de beaucoup de subtilités. Au moment où le pathos devient trop lourd, l’humour arrive comme une bouffée salvatrice.

Les personnages sont fouillés, nul n’est sans faille mais nous éprouvons de l’affectation ou de la compréhension pour chacun d’eux, ce qui est l’une des forces de la pièce : susciter l’empathie du public. Nous avons envie de les voir avancer, surmonter leurs difficultés, s’en sortir, se réconcilier. Plus que tout. Nous sommes embarqués dans le flot de leurs sentiments.


DR.

 

Pourtant relativement courte (90 minutes), la pièce prend le temps de bien installer les personnages, leurs histoires, leurs tranches de vie grâce à des astucieux changements de décors ou de costumes, à la vue du spectateur. Pas de rideau qui se baisse mais plein de lieux qui prennent vie : un salon, une chambre d’hôpital, un bureau d’assistante sociale,… Du rythme, encore et encore.

Et de la poésie avec Claire, femme de William, danseuse envoûtante et plein d’empathie (nous ne dirons pas davantage de ce rôle pour ne pas trahir la pièce).

Les comédiens jouent tous justes, sont habités par leurs personnages, à différents moments de leurs vies, que ce soit les adultes ou la jeune Jeanne (Lior Chabbat, Violette Guillon et Amélia Lacquemant en alternance), âgée de douze ans dans la pièce. 

En somme, 'Une histoire d'amour' est une pièce aboutie, qui mêle l'intime au rire en passant par la tendresse et la douleur. Une vraie réussite.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Nous avons testé un 3eme escape game : Les Cobayes de Shutter Island